Retour sur l’atelier n°5 du Grenelle consacré à la gouvernance

30 novembre 2009 par J. REVY | 3 Commentaires | 1 040 vues

Après un tour de table le bilan du Grenelle de 2007 fait l’objet de vives discussions.
Les associations sont plutôt critiques sur la mise en place de la nouvelles gouvernance.

L’association représentée (AVEC) estime qu’elle a du mal à défendre ses idées au sein des différentes commissions, la commission sur la nouvelle gouvernance ne s’est pas réunie depuis le 11 décembre 2008, qu’il manque une instance de régulation afin de pouvoir améliorer les pratiques, qu’il n’y a pas suffisamment de transparence (pas de comptes rendu des commissions extra municipales), que les élus en général de répondent pas aux mails qui leurs sont adressés, enfin elle souhaiterait avoir un rôle plus actif au niveau de la commune.

Les élus mettent en avant la complexité des projets qu’ils doivent porter (exemple des Michelons) la multiplicité des acteurs concernés, le manque de temps (souvent, ils doivent en plus assurer une activité professionnelle) et ils doivent trouver un compromis entre la nécessaire concertation et la nécessité de faire aboutir les projets au cours de leur mandat. Les associations ne sont pas toujours représentatives et leur nombre est important à Venelles. les associations doivent rester dans leur rôle, elles ne doivent pas prendre celui de l’opposition.
Il est également apparu nécessaire de mobiliser les habitants (non membres d’associations) autour de projets qui les concernent directement (exemple de Venelles le haut).
Enfin l’opposition municipale a choisi de participer aux projets (même si elle n’est pas d’accord sur les options prises comme pour les Michelons). Elle se veut une opposition constructive avec une participation sans compromission. Ce rôle est difficile et pas toujours bien compris.
A travers ce thème qui est transversal, il est apparu à tous la nécessité de mieux écouter la population, de procéder régulièrement à des évaluations et améliorer encore la transparence de l’action publique.
Il a également été décidé, que le Grenelle se déroulerait tous les deux ans, et qu’une réunion bilan des actions proposées sera faite chaque année.

Voici les propositions complètes de l’atelier :

  • Mettre en place des comité ou cercle conseils de quartier.
  • Mettre en place des indicateurs de suivi des projets, avec le groupe nouvelle gouvernance.
  • Renforcer et valoriser le rôle des associations dans des actions thématiques(bruit, compostage).
  • Améliorer l’information (CR des commissions extra municipales sur le site de la mairie)
  • Poursuite des forums thématiques sur le site de la mairie sur le modèle de celui consacré aux Michelons
  • Réaliser des enquêtes de satisfaction des services publics auprès de la population.
  • Inciter les particuliers et les associations à prendre des initiatives et proposer des projets à la municipalité
  • L’opposition participe aux projets, elle se veut une opposition constructive avec une participation sans compromission.
  • Des associations doivent être responsables elles ont un rôle différent de celui de l’opposition.
  • Le statut de l’élu : Les élus ont beaucoup de mal à assurer leur responsabilités, dossiers complexes, manque de temps, doit-on les professionnaliser ? (le débat dépasse largement notre commune)

Participants à l’atelier : D. BECKER, R. CHARDON, E. COURSOL, N. DESPLAT, E. DELWAULLE, S. PONCE, P. POITRASSON, D. GUENNEAU, J. REVY

3 Réponses pour “ Retour sur l’atelier n°5 du Grenelle consacré à la gouvernance ”

  1. J. REVY le 6 décembre 2009 à 21:45

    Vous avez raison, un suivi et une évaluation périodique des mesures annoncées est nécessaire, et notre association sera particulièrement vigilante sur ce point. Il ne faudrait pas que ce Grenelle se limite à des déclarations de bonnes intentions.

  2. Denis le 6 décembre 2009 à 12:37

    Ayant participé à cet atelier, je vous livre ici mes réflexions:

    Une atmosphère conviviale pour cet atelier « Construire une démocratie écologique », où pourtant des aspects politiques du développement durables ont été débattus.

    Le bilan des actions suite au Grenelle 2007 fut pourtant un premier sujet épineux, où la déception exprimé par Jacques Révy, fut contredite par le président de l’atelier qui estimait le bilan satisfaisant, puis par le rapporteur, élu municipal, qui assumait tous les manques au nom du pragmatisme. Pour ma part, j’ai pensé alors que nous allions vers un dialogue de sourds, avec un président qui avait des consignes, et un rapporteur qui ferait le minimum syndical. Heureusement, il n’en fut rien.

    Le débat entre les participants fut très riche, avec des positions initiales tranchées, mais argumentées, puis avec des évolutions au fur et à mesure des échanges.
    Il ne fut pas difficile d’en sortir dix propositions concrètes, obtenant un consensus entre tous les participants.
    Il me reste maintenant un doute:

    Est ce que cette matinée de travail sera suivie d’effets dans la vie des Venellois, ou n’aura t’elle servie qu’à faire parler d’un concept à la mode?

    Les suivis périodiques et l’évaluation des réalisations liées aux 50 propositions issues des cinq ateliers me permettront de forger ma propre opinion.

  3. 13770 le 30 novembre 2009 à 14:24

    Bravo et merci pour ces compte-rendus.

    Comme prévu la nouvelle gouvernance est loin de faire l’unanimité… surtout parmi les élus majoritaires ! Les arguments avancés sont peu convaincants… les associations dérangent peut-être ou alors… serait-il plus facile de composer avec l’opposition ?