Compte rendu de la rencontre élus-associations du 10 janvier 2011

15 janvier 2011 par J. REVY | 8 Commentaires | 1 718 vues

Cette réunion fait suite à la rencontre des associations AVEC et CIQ de Venelles avec le maire le 5 octobre dernier.

L’ordre du jour de la réunion a été proposé par les associations AVEC et CIQ, et a été complété par la municipalité. L’objectif de cette réunion n’est pas de faire double emploi avec les commissions de concertation déjà mises en place, mais de faire le point sur l’avancement des différents projets et d’analyser les pratiques actuelles de concertation en proposant des améliorations.

Les participants soulignent la nécessité de mettre en place dans la commune une nouvelle gouvernance, qui fait partie intégrante du développement durable, qui permet un enrichissement des projets et qui correspond à une demande de la société civile.
Ils relèvent également la difficulté de l’exercice, et cette nouvelle approche doit se mettre en place progressivement, à travers un apprentissage collectif.
Un accent particulier doit être mis sur l’information, bien qu’il soit par ailleurs difficile de diffuser des informations provisoires qui ne sont pas stabilisées.

M. le Maire insiste sur le fait que la responsabilité des décisions revient au Conseil Municipal et demande que les formes de politesse et de courtoisie soient respectées au cours de ces débats. Il rappelle que les conditions de l’aménagement du territoire ont considérablement changées au cours des dernières années. On cherche aujourd’hui à économiser l’espace et à mettre en place dans les quartiers une mixité sociale et fonctionnelle.

L’Agenda 21
M. BALLIVET fait le point sur l’avancement de la démarche. Une réunion publique s’est tenue le 30 novembre dernier, le diagnostic est en cours d’achèvement, les groupes de travail doivent se mettre en place prochainement. Les informations seront publiées sur le site de la mairie les inscriptions se feront auprès de Sophie FORACCHIA au BIEN.

La publicité
Mme CHIARADIA explique qu’un groupe de travail a été mis en place par le préfet en janvier 2009 pour élaborer un nouveau règlement concernant la publicité. Cette commission a terminé ses travaux, et le nouveau règlement est en cours de publication au recueil des actes administratifs. Ce règlement s’appliquera aux nouveaux dispositifs alors que les anciens auront un délai de deux ans pour s’y conformer. L’application de ce règlement par les élus et les fonctionnaires municipaux fera l’objet d’un bilan annuel.

La communication
Les associations (citoyennes) souhaitent que la municipalité relaie sur son site INTERNET et sur les panneaux lumineux les manifestations qu’elles organisent (conférences, cafés citoyens, manifestations diverses). Après discussion, il a été décidé que les associations en feraient la demande directement lors de la réservation de la salle au service « association » qui communiquera la demande au service communication.
L’association AVEC demande un article sur le Venelles Mag sur l’AMAP de Venelles. Le projet d’article sera soumis au comité de lecture.
E. COURSOL propose de remplacer dans Venelles Mag les « tribunes libres » par des questions des associations aux élus, comme cela se pratique déjà à Lyon. Cette proposition sera soumise au conseil de la majorité pour avis.

La forêt venelloise
M. QUARANTA présente la forêt venelloise qui couvre 1 000 hectares (la moitié de la superficie communale) ; elle comporte 280 ha de forêt communale gérée par l’ONF (8 à 9 ha sont coupés et replantés chaque année). Pour cette gestion la commune reçoit une subvention de 50 % de la CPA.
Les obligations de débroussaillement sont bien respectées par les propriétaires et grâce au service de sécurité incendie, il n’y a eu aucun feu important à déplorer à Venelles. Le parc des sports, la Bosque et les Faurys sont entretenus sous forme de chantiers d’insertion mis à disposition par la CPA.
La commune gère également 12 km de chemins communaux et 13 km de chemins ruraux.
A.V.E. demande que soit mis en place des panneaux comportant un plan afin d’identifier les espaces boisés publics.

Le bruit
M. REVY expose l’avancement du projet qui a pour objectif dans un premier temps de recenser les nuisances sonores ressenties par les Venellois. La dernière réunion du groupe remonte au 4 octobre. Un café citoyen sur ce thème est prévu le 23 févier à 19 heures au restaurant de l’esplanade et le questionnaire sera publié lors du Venelles mag de mars.
A propos du fonctionnement du groupe M. REVY estime que les élus qui y participent sont de bonne volonté, mais la mise en place d’une véritable concertation reste difficile. Il estime que la communication et le travail collaboratif restent encore à améliorer au sein du groupe.

Les Michelons
R. CHARDON indique que le dossier administratif suit son cours, la prochaine étape sera le vote de la CPA pour fixer le périmètre de la ZAC.
Le CIQ, AVEC et l’Association du quartier des Cabassols considèrent que globalement la concertation mise en place lors des groupes de travail a été satisfaisante.

La salle de spectacle
La municipalité a mis en place un groupe de travail sur ce projet.
Des visites de salles ont été réalisées.
Les conclusions seront présentées lors d’une réunion de concertation le 31 janvier prochain. Le projet sera ensuite confié à un bureau d’études qui établira un programme fonctionnel pour cet équipement.

Mme CLAVEL fait le point sur les différents projets d’aménagement en cours.

Aménagement du terrain CHEVROT (ce terrain se situe en face de la cave coopérative)
Le terrain a été acquis par la municipalité. Il est prévu d’y implanter un bassin de rétention des eaux pluviales, et 80 logements (dont 35 logements sociaux) ainsi que des commerces et des cabinets médicaux. Le permis de construire est en cours d’instruction (fin des travaux envisagée en 2013).
P. MORBELLI attire l’attention sur les risques d’inondation (canalisations sous la voie 96 en partie obstrués par des tuyaux).

Aménagement IVECO
Un premier aménagement comportant un centre commercial et des logements sociaux a été rejeté par la commission départementale. Un nouveau projet comprenant une moyenne surface de discount alimentaire, des commerces et 24 logements sociaux sera présenté prochainement.
E. COURSOL regrette cette implantation pour des logements sociaux
Une information plus globale sur l’aménagement du quartier de la gare sera donnée ultérieurement lorsque la réflexion sur le sujet sera plus avancée.

Aménagement du quartier du Grand puits
Un permis de construire a été déposé pour 79 logements, (dont 48 logements sociaux) après la modification du PLU. Une enquête publique a été réalisée.
Les associations qui le demandent pourront avoir accès aux conclusions du commissaire enquêteur. Le début des travaux est envisagé à la fin de l’année.

Le quartier de la Bosque
200 logements sont envisagés dont 30% de logements sociaux. On ne touche pas aux zones boisées classées (une ouverture se fera sur la route de Saint Canadet). Sur ce quartier, la commune travaille en collaboration avec le CAUE.

Le quartier des FAURYS
La commune a limité le nombre des logements à 48. Ce secteur est d’un accès difficile ; il convient de prévoir un aménagement sur la route de Coutheron et sur l’avenue des Faurys.

La piscine
Projet CPA ; le projet, qui prévoit 3 bassins, a été estimé à 20 millions d’euros. A la suite d’une nouvelle négociation avec la CPA le coût de l’alimentation en eau, à la charge de la commune, qui était passé de 250 000 € à 800 000 € a été ramené à 300 000 €. L’eau sera traitée sur place et vendue à la CPA, ce qui permettra de rembourser l’investissement.

Salle de musique
Ce projet n’a pas fait l’objet de concertation avec les associations. La municipalité a décidé de récupérer un local utilisé par la MJC, comme salle de théâtre et de musique pour y installer le PC de vidéo surveillance. En compensation, elle a proposé à la MJC de lui accorder des créneaux horaires à la salle de la Grande Terre et de réaménager cette salle pour y recevoir ces activités.

Prochaine réunion : lundi 4 avril 2011

Assistaient à la réunion :
Élus : J.P. SAEZ, R. CHARDON, A. QUARANTA, A. MERCIER, C. CLAVEL, L. ROUBAUD, N. CARETTE, L. ARDEVOL, C. CAILLAUD, E. COURSOL, P. MORBELLI.
Associations :
CIQ de venelles : P. MICHAILLE
AVEC : J. REVY
Association Venelles environnement : G.J. ABEL, B. HOCQ
Association du quartier des Cabassols : S. SANCHETTE
Association des Faurys : C. LARUELLE, A. TRABUC
Services municipaux : L. BONHOMME, D. CHIARADA, A. GUASCH, S. BALIVET

Nous notons avec satisfaction, une bonne mobilisation des élus et du milieu associatif venellois pour cette rencontre.
Cette première réunion a permis de roder la formule, qui doit encore être améliorée : l’ordre du jour était sans doute trop large, les retours d’expérience sur les pratiques actuelles de nouvelle gouvernance dans la commune ont été peu abordées.
Les débats se sont déroulés dans un climat constructif, nous sommes globalement satisfaits de cette rencontre.

8 Réponses pour “ Compte rendu de la rencontre élus-associations du 10 janvier 2011 ”

  1. ciqdevenelles le 8 avril 2011 à 18:14

    [...] Réunion du 10 janvier aucun comm. [...]

  2. Claude Bouillet le 23 janvier 2011 à 17:14

    Alors patientons et laissons du temps gagné aux décideurs et agir vers l’irréversible encore 12 mois.

  3. J. REVY le 23 janvier 2011 à 9:49

    Je pense qu’il faut juger cette démarche dans la durée, voir si elle permet de faire progresser notre démocratie locale, ou si c’est seulement une manœuvre politicienne.
    Il faudra en faire un bilan objectif à la fin de l’année.

  4. Claude Bouillet le 22 janvier 2011 à 18:08

    Une conversation avec l’un des assistants à la rencontre de ce compte rendu m’a inspiré la réflexion et une suite à mes commentaires.
    Certes une association peut affirmer ne pas faire de la « politique » mais à mon sens toutes associations citoyennes (et même les autres) jouent à leur manière un rôle politique (honorable) puisqu’elles interviennent dans la gestion de la cité. Tout au plus pourraient-elles affirmer le faire en indépendance de tout dogme.

    Ceux qui me connaissent, connaissent aussi mon parcours Politique (avec un P majuscule SVP) encore assez récent. Aussi je peux affirmer que tout itinéraire politique est toujours,toujours,toujours jalonné de « ficelles » politiciennes (ou astuces). J’en ai moi-même usé, sans en être fier parce que conscient de la perversité de ces ficelles. Pour ma défense je dirai simplement que si l’on veut évoluer parmi les loups il faut apprendre à hurler comme les loups.

    Le fil conducteur de notre République est la Démocratie. Selon sa définition la Démocratie c’est le pouvoir au peuple pour le peuple. Dans notre République deux vecteurs constituent les fondamentaux de la démocratie: La consultation du peuple par les -élections périodiques- et dans les intervalles -le débat permanent-. Le débat est important puisqu’il en émergent les souhaits, les attentes, la volonté, populaires.
    L’une des « ficelles » politiciennes consiste, chez les décideurs égocentriques, à simuler le débat pour faire démocrate, tout en le contrôlant pour ne pas en faire émerger une volonté différente du projet que l’on veut réaliser.
    A la lecture du compte rendu, je ne doute pas un seul instant que c’est cette astuce politicienne qui a été utilisée en cadrant le débat d’entrée. C’est ce que j’ai voulu faire ressortir dans mes commentaires précédents, et en même temps faire ressortir que l’intelligence politique (si j’ose m’exprimer ainsi) est aussi de savoir déjouer les pièges de ces astuces politiciennes.

  5. Claude Bouillet le 21 janvier 2011 à 0:59

    Je respecte bien entendu ce point de vue J.REVY. Cependant l’adhérent que je suis de l’une de ces associations aurait aimé connaitre le point de vue des représentants d’associations citoyennes sur certaines dispositions évoquées par les décideurs dans cette rencontre, et si un véritable débat s’est instauré entre les différentes instances participantes (décideurs et citoyens non décideurs) sur ces dispositions. Notamment sur une décision qui intéresse la vie quotidienne des habitants de la commune: La suppression des prestations qui leur sont offertes dans l’ éducation artistique (musique, danse, théâtre…) par une association d’éducation populaire, en lui reprenant autoritairement les locaux destinés à ces fins . Cette décision est citée parmi les sujets traités, dans le chapitre salle de musique. Je ne m’exprime pas sur ce point pour défendre les intérêts de l’association concernée, c’est là son problème, mais je m’exprime dans l’intérêt général et en particulier de ceux qui « bénéficiaient » de ces prestations. Quant au débat, je pense que la « courtoisie » demandée a probablement un peu inhibé l’envie aux partenaires responsables de poser des questions qui dérangent sans se positionner en opposition politique

  6. J. REVY le 20 janvier 2011 à 22:49

    Ayant assisté à la réunion du 10 janvier, je ne partage pas le point de vue de Claude Bouillet.
    Pour l’instant sur ce dossier nous n’avons pas eu l’occasion de nous indigner. Tout n’est pas parfait, mais je pense qu’il faut rester courtois dans les échanges, en étant ferme sur les principes et des valeurs de la nouvelle gouvernance. Celle-ci se construira progressivement au cours d’un apprentissage collectif qui sera sans doute long et difficile.
    Les invectives ne sont sans doute pas propices pour inciter les gens à collaborer. Notre association ne se positionne pas en tant qu’opposition politique à la municipalité, (c’est le rôle de l’opposition municipale), mais plutôt comme un partenaire responsable et indépendant. Je crois qu’il faudra juger dans durée cette initiative et ce type de rencontre et nous allons pour notre part nous efforcer de la faire vivre.

  7. Claude Bouillet le 18 janvier 2011 à 16:40

    Il est édifiant ce compte rendu, à défaut d’être instructif. Le tableau est dépeint: Une lignée d’élus accompagnés de techniciens placés sous leur autorité domine le débat. L’ambiance est fixée d’entrée par « l’animateur » de la rencontre. Courtoisie et politesse seront de rigueur et quand on connait l’individu ces mots prononcés ainsi signifient déférence et vénération de sa position supérieure octroyée par la démocratie. Chacun des élus ou techniciens fait un exposé bien préparé préalablement. En face l’auditoire mince est peu contradictoire, parce que contraint à l’écoute et à la déférence.
    C’est probablement là un concept de la « nouvelle » gouvernance.
    Cette gouvernance se rapprocherait de celle bien plus ancienne que quelques gueux avaient exclue de la gestion des affaires publiques un certain mois de juillet 1789!
    Alors je me permets une suggestion à l’auditoire citoyen pour les prochaines rencontres de ce type: Substituer à la courtoisie et à la politesse exigées par « l’animateur » l’insolence et l’impertinence. Ces mots ne sont pas forcément synonymes d’irrespect mais peuvent faire d’un monologue un véritable dialogue.
    Ainsi l’impertinence aurait peut-être permis de dénoncer l’absurdité de supprimer des activités d’éducation populaire prodiguées depuis plus de 40 ans sur la commune par une association (la MJC) motivée dans cette mission (principalement destinée à l’éveil culturel). Ce sacrifice de l’éducation populaire serait destiné à libérer des locaux pour l’espionnage individuel par la télésurveillance. Cela afin de satisfaire à l’instinct sécuritaire d’une population bien conditionnée dans ce sens par la majorité des élus présents. L’insolence aurait permis de faire savoir à ces élus que si la population accepte des décideurs qu’ils assouvissent leur fantasme sécuritaire, elle n’accepte pas d’en payer ce prix.
    Je ne peux m’empêcher dans ce comportement des élus majoritaires de faire un rapprochement avec l’obscurantisme qui frappe certaines contrées où encore de nos jours des dirigeants revendiquant une différence philosophique et culturelle, privent leur population féminine de la scolarité (ou même lui interdisent) en affirmant que cette population n’a pas besoin d’être instruite ou intelligente pour assurer le rôle qu’ils en attendent.
    Est-ce excessif de penser ainsi ? La résignation, la non indignation (Stéphane Hessel au secours!) peuvent inciter les décideurs à poursuivre plus loin leur démarche nuisible.

  8. Maurice le 16 janvier 2011 à 18:00

    Une bonne chose que cette réunion, qui en appelle d’autres.
    Des injures auraient-elles été échangées, que le maire a dû en appeler à la courtoisie ? La municipalité était pourtant en force (9 élus de la majorité, 4 employés municipaux pour parler avec 7 responsables d’association et 2 élus d’opposition).
    On peut noter que la population de Venelles devrait bientôt augmenter d’environ 1000 personnes (+15% de la population ?), du fait des 431 nouveaux logements, dont 167 sociaux, si mes calculs sont bons.
    Ce compte-rendu nous présente un bel étalage des projets municipaux, mais aucun débat contradictoire ne semble avoir eu lieu ? La Nouvelle Gouvernance ne serait-elle pas encore en marche ?
    Des projets comme la piscine aixoise, la salle de spectacle, la télé-surveillance et son PC sont autant de sujet qui exigeraient une vraie consultation de la population qui les finance, ne l’oublions pas.